Fioricoltura

Floriculture San Remo oeilletsIll. La culture des œillets sur la Riviera italienne (archive)
 
Floriculture et traditions populaires
Les fêtes florales connaissent un grand engouement sur la Côte d'Azur et sur la Riviera italienne, avec les batailles des fleurs liées à l’industrie locale de la floriculture, et les fêtes plus traditionnelles de la Semaine Sainte, lesquelles constituent ici une véritable symphonie végétale, où les églises se parent de fleurs et de riches compositions florales. Le registre des traditions populaires joua un rôle certain dans le développement de la floriculture, au début du 19ème siècle, dans ces régions qui connaissaient une longue histoire d’acclimatation. Une grande partie de l’Italie est concernée par ces développements, et plus particulièrement les territoires franco-italiens appelés Riviera des Fleurs (Riviera dei Fiori). A un climat propice, vint s’ajouter ici l’impulsion de la villégiature touristique. Ce secteur économique a perduré jusqu’à nos jours, laissant une empreinte durable sur la société et sur le paysage. Il est à présent menacé, avec la mondialisation de l’économie, par une forte concurrence étrangère.

FETES FLORALES

Fêtes traditionnelles
Les fêtes des fleurs marquent traditionnellement l'ensemble du temps pascal sur la Riviera et sur la Côte d’Azur. Les fêtes de Pâques débutent avec les rameaux tressés du Dimanche des Palmes, une coutume médiévale qui se retrouve aussi dans le reste de l’Italie et en Espagne. Soigneusement cultivés à l'abri de la lumière, dans la palmeraie locale de Bordighera, ils obtiennent cette couleur caractéristique qui est aussi celle du blé mis à germer dans les caves. Un souci qui, au-delà de l’esthétique, vise à souligner le caractère dramatique de la Passion du Christ, laquelle se déroule loin du jour, dans la lumière tamisée des "sépulcres". Venant clore le temps pascal, les processions du Corpus voient les rues se couvrir d'un éphémère tapis floral, qui culmine avec les Infiorata de la Ligurie italienne, à l’image des églises d'Orient où le corps du Christ mort est représenté par un lit de pétales de fleurs.
 
Fêtes modernes
Issues des développements du tourisme et de la floriculture, les principales fêtes florales modernes de la Côte d'Azur et de la Riviera italienne sont les suivantes : les batailles des fleurs niçoises qui bénéficient du phénomène Carnaval, la fête du mimosa à Mandelieu, les fêtes de la violette à Tourettes ou de la lavande à Sainte-Agnès et à Taggia, les expositions horticoles somme Expo Rose à Grasse, les Floralies à Cagnes, etc. La floriculture a aussi donné naissance à une tradition largement diffusée depuis, celle des fêtes de la Toussaint, lorsque les cimetières sont abondamment fleuris avec des productions nécessitant des cultures sous-serres.

 

BIBLIO & LINKS

FAO SD (ca 2000). Stratégie et politique agricole. La filière floriculture. République Libanaise. Ministère de l’agriculture, 18p. Link : http://www.agriculture.gov.lb/
BAUDEQUIN MAISONNEUVE Sylvie 1996. Présence des fleurs en pays grassois. In: Recherches régionales Côte d'Azur et contrées limitrophes, 1996, vol. 37, no4, pp. 87-96. Link : http://www.cg06.fr/
CANI Yvette 1970. La floriculture sanrémoise. In: Méditerranée, Nouvelle série, 1e année, N°1, pp. 51-82. Link: http://www.persee.fr/
PUCCINI Giuliano 1971. Passato, presente e futuro della floricoltura italiana. In : CIHEAM, 1971/12. p. 40-46. (Options Méditerranéennes ; n. 10). Link :  http://ressources.ciheam.org/
MIEGE Jean 1977. Les cultures peuplantes en Provence orientale et Côte d'Azur. In: Norois. N°95 ter, 1977. pp. 159-177. Link : http://www.persee.fr/
JEAN Casimir et alii 1937. Statistique agricole de la France. Annexe à l'enquête de 1929. In: Monographie agricole du département des Alpes Maritimes. Paris, Min. de l'Agriculture, 1937 (75-285). Link : http://gallica.bnf.fr/
FONCIN Myriem 1916. La culture et le commerce des fleurs et primeurs sur la Côte d'Azur, de Toulon à Menton. In: Annales de Géographie. 1916, t. 25, n°136. pp. 241-262. Link : http://www.persee.fr/

 
 

Print Friendly